• Comme un coup du sort

    https://www.youtube.com/watch?v=ETtz8bTL5i0

     

    La Lune me regarde, de là-haut, sangloter dans mon cœur.

    Il faudra repeindre les murs.

    Y remettre des couleurs ; de l'espoir aussi. Sa voix résonne au quatre coins de ma tête, et le vide est vertigineux, l'ironie crie dans le vide

    Tu as encore laissé passer un train sous ton nez ; 

    pour un mirage

    pour un beau sourire. 

    Qu'est-ce que tu veux qu'on y fasse ? Les notes s'égrènent avec douceur et douleur ; elles s'écorchent sur ma peau. Je me suis coupée en ramassant des coquillages, une nuit sur la plage.

    Tu y croyais vraiment cette fois.

    La balançoire grince, sous le souffle du vent ; comme avant. Mais ce soir, je suis seule. On m'a dit qu'on avait besoin de personne mais c'est un mensonge ; les hululements des loups solitaires m'empêchent de dormir la nuit.

    Tu veux dire que j'y croyais cette fois, ou chaque fois ?

    Comme un coup du sort, je t'ai offert ma poitrine sans savoir que tu allais y planter un éclat de miroir ; je pouvais pas savoir que t'avais juste besoin d'un port, d'un roc, 

    d'une luciole

    Je pouvais pas savoir

    que nos regards ne faisaient que se croiser ; qu'ils n'étaient pas fixés sur la même destination.

    Comme un énième coup du sort.

     

    Maéli

    « Le lampadaire vacilleJe tourne la cuillère »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :