• De notre côté du miroir

    Et je reste comme une conne sur le trottoir

    Et l'on se regarde, chacun de notre côté du miroir

    tu voudrais briser la vitre, m'attraper ; je ne rêve que de me dérober 

    Si je détruisais cette vitre, ce serait de colère.

    Je croyais avoir un ami ; voilà qu'il se dévoile et qu'il attend de moi, l'amour avec un grand a, l'amour, qui d'un regard, sait qu'elle a trouvé sa moitié. Oh putain ce que tu es entrain de te casser la gueule sur mon cœur.

    J'ai l'habitude de voir les trains arriver, ou de les entendre ; j'ai l'habitude de saisir ce regard qui parle trop, et de fuir avant que ton cœur ne s'écorche avant que 

    la nuit ne tombe 

    Pas toi.

    Et je voudrais ouvrir la porte et je me croyais capable de répondre, mais le téléphone sonne et je suis muette et 

    je ne peux montrer mon visage.

    Cupidon a quoi joues-tu donc ?!

    Et je lancerai mon cœur contre un mur pour l'éclater ; pour donner de la couleur à ces carreaux 

    parce que c'est le tien que j'écrase consciencieusement.

    Mon cœur est déchiré, grand ouvert sur la place publique et tu hurles aux loups derrière la porte, et je suis adossée, à la maintenir fermée.

    Et s'il pleut sur mes joues, ce soir, c'est pour cette douleur qui te transperce de part en part et c'est pour mon impuissance ; je n'ai plus confiance maintenant

    et si je souris ?

    La violence de tes attentes.

    Et tu donnes un coup de pied dans l'écran tu voudrais réduire la distance, tu avais prévu de me donner l'infini ; et voilà que se heurtent illusions et réalités, peurs et rêves emmêlés, l'inconnus le futur et le passé 

    de météorites se sont heurtées.

    Et tu hurles à la Lune car ton cœur brûle et le mien se déchire à sentir le tien partir en fumée ; et le mien se délite, à sentir que je ne peux le recoudre.

    Et nos deux cœurs se regardent, chacun d'un côté du miroir. La glace joue avec la lumière tant qu'elle est encore là.

     

    Maéli

    « Dis-moi qu'on partLa bête en moi »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Mars à 22:51

    C'est magnifique et dur aussi car ça reflète la complexité des sentiments, l'inattendu, la culpabilité. Il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien, envers lesquelles on ne peut pas se forcer. Un cœur est tellement de fois déchiré dans une vie... Mais à chaque fois il se reconstruit, il emmagasine de nouvelles expériences, et les mauvaises deviennent une force par la suite. Courage et bonne nuit ;)

      • Samedi 4 Mars à 14:57

        Je suis bien d'accord...

        Merci ;) 

        Bonne journée :)

    2
    Mercredi 8 Mars à 18:18

    C'est juste sublime!

      • Mercredi 8 Mars à 18:31

        Merciiiiii :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :