• L'amour

    L’amour.

    Un mirage ?

    Une fenêtre qui se brise ?

    Un éclair, un orage, qui détruit tout sur son passage ?

    L’amour.

    Un fantôme.

    Le murmure d’un baiser.

    Le désir qui vous tient éveillé.

    L’amour.

    Je voudrais briser ces illusions d’un coup sec sur mon genou ; déchirer ce voile devant mes yeux. Abattre un mur.

    Je pense à toi. Ça compte, n’est-ce pas ?

    Je ne sais pas où l’on va. Je ne sais même pas ce que c’est qu’aimer.

    L’amour.

    C’était leur brancard et leur étendard, c’était leur sourire et leur battement de cœur ; mais qui croire ? Ceux qui vous disent qu’il n’y aura jamais qu’un être et ceux qui cavalent dans le monde ; ceux qui vous font attendre la perfection ou ceux qui n’attendent pas ?

    Je pensais dormir cette nuit, je ne m’attendais pas à la visite d’un souvenir.

    Ma cage thoracique se soulève presque douloureusement. J’ai brûlé tant de croyances que je serais capable d’allumer un feu pour nous consumer.

    Je ne veux plus du mensonge.

    L’amour.

    Il y a encore tes deux yeux imprimés sur ma rétine.

    Il y a encore le souvenir de cet instant où tu as quitté la pièce.

    Dans mon cœur traîne une douleur sourde.

    L’amour.

    Cinq lettres qui ne veulent pas dire grand-chose, n’est-ce pas ?

    L’amour.

    Et je ne t’ai pas couvert de poèmes. C’est bien la première fois.  Ça m’effraie.

     

    Peut-être alors que tu es la seule personne pour laquelle je n’ai pas menti.

     

    Maéli 

    « Je n'écris plus Il faut partir »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :