• La mélancolie.

    https://www.youtube.com/watch?v=2IF5TfnmV0k

     

    Encore un désert. 

    La pluie ruisselle et mes rêves s'égrènent ; ils se prennent dans mes cheveux. Comme une bête féroce tue par les coups de vents, le temps me dénude et j'ai perdu la boussole

    J'erre dans les rues, je cherche la lumière, la lanterne que tu m'avais promis d'allumer ; je suis encore tombée.

    Assise sur un trottoir, le monde défile ; tout va si vite. Mes rires d'enfant ont pris le vent, mes amours de jeunesse ont choisi d'autres rivages ; je frissonne. Le vent bataille avec mes cheveux, le voilà qui caresse ma joue ; l'espoir 

    d'y croire

    Où va-t-on comme ça ?

    Je devrais rentrer. C'est étrange comme ces voix raisonnables résonnent encore sous mon crâne ; plus personne ne m'attend à la maison. 

    J'ai un demi-sourire pour ce que j'ai laissé derrière moi, un élan qui serre mon cœur si fort que les larmes taquinent mes iris ; et dans mon gruyère de cœur, ces notes qui tombent à point nommé

    La mélancolie. A tout mes espoirs d'un nous, à toutes ces promesses envolées ; et l'on me reproche encore de fuir devant l'étincelle ?

    Je m'agrippe malgré moi à ces souvenirs comme une couverture qui pourrait encore me tenir chaud ; pourtant, cela fait bien longtemps qu'elle m'a été arrachée. L'air et sa senteur d'été tourbillonne et s'illusionnent sur ma peau ; demain est un autre jour, parait-il.

    Je rêve, à la croisée de nos hiers et de nos lendemains ; et s'ils pouvaient traverser le miroir ?

     

    Maéli

    Je suis sûre que tu n'as jamais oublié cette chanson.

    « Mes tympans brûlent et résonnentJe chancelle »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :