• Le doute

    Quand le doute vous prend et vous emporte sur ses rivages,  un tourbillon vous entraîne, jusqu’au fond des mers. Je cherche la petite sirène dans les profondeurs. J’aimerais m’accrocher à mes rêves d’enfant, à mes espoirs.

    J’ai retrouvé la surface mais le vent souffle dans mes cheveux et je regarde au loin, j’aimerais voir au-delà de l’horizon. Mon cœur dérive sans navire. Mon cœur chavire sans raison.

    Passé, présent et futur se mêlent ; rêves, peurs et espoirs se mélangent. Ça ferait de belles couleurs pour un tableau flamboyant. Les émotions éclatent, pareilles à des pétales écarlates sous mes paupières.

    Mes pensées ne m’amènent nulle part et le murmure de mon cœur n’est plus qu’un souffle sous les hurlements du vent.

    J’ai laissé quelques mots faire trembler un édifice.

    Les vagues s’écrasent sur les rochers. L’écume vient éclabousser mes pieds nus et mon corps habillé. Il fait froid et les nuages ont tissé leur toile dans le ciel ; mais ça n’a pas d’importance, ma peau est anesthésiée. Le temps et la douleur.

    Un vrai tableau romantique.

    Mes certitudes sont bien enfouies dans un hier ; mais qu’est-ce qui me rendait si sûre ?

    Ma cage thoracique n’est plus qu’une grotte inhabitée où résonne le moindre chuchotis ; où le feu sacré vacille, vacille sous les à coups du vent. Le feu sacré s’est fait toute petite flamme.

    Où est passée la joie d’être en vie ?

    Je frissonne.

    Tu es si loin aujourd’hui. Je t’ai fermé la porte de mon port et tu es l’ancre de mon navire ; mais la tempête fait rage dans un silence meurtrier, et rien ne paraît te troubler.

    Ne t’inquiète pas pour moi, j’aurais toujours les mots, la peinture et la musique pour remplir ton absence, lui faire face, la regarder dans les yeux.

    Ne t’inquiète pas pour moi, mais méfie-toi, il se peut qu’un jour tu te retournes et je ne sois plus là.

    Maéli

    « Le feu sacréPas ta faute »

  • Commentaires

    1
    Lundi 7 Mai à 21:48

    Magnifique texte, plein d'émotions, et de sentiments étouffés ou plutôt éteints...

      • Mercredi 9 Mai à 16:11

        Absolument...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :