• Le printemps sonne à la porte

    Le soleil éclate dans ses draps de vermeil

    sourires écarlates, plume stridente

    tissu blanc transparent qui frissonne ; caresse du souvenir d'un

    coeur qui vole frivole d'un coeur qui s'émerveille

     

    Les oiseaux pépient 

    ces notes d'or qui dégringolent dans mes yeux

    Voilà que je brille et que les cieux se sont parés

    de leur plus beaux atours, le bonheur au bras, pastels et tout s'en va

     

    Encore une fois 

    Tape tape du doigt le sang dans mes veines s'en va valser

    et l'espoir fleurit...

    Sur la pointe des pieds, pétales qui éclaboussent

    gouttes aux milles éclats dans mes bras

    Le printemps sonne à la porte, sonne à la porte...

     

    Maéli

     

    « Qui attend nus pieds12-Un réveil sonné »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :