• Ma tigresse

    La tigresse a brisé les barreaux.

    Elle s’est échappée, alors que je venais de clore mes paupières, sur un morceau de musique ; la liberté m’a emplie m’a soulevée et la question qui s’est posée c’est qui je suis ?

    Mais qu’est-ce que je fous dans un monde qui ne me ressemble pas ? Mais comment j’ai atterri dans cette vie où je mets mes rêves en quarantaine ?

    Comment j’ai pu laisser le félin en moi dans sa prison si longtemps ; tout feu tout flammes, j’ai toujours su que j’avais cette rage en moi ; qui vous hypnotise qui vous enflamme les cieux.

    Tout part en fumée avec moi. On en fait de la poussière d’étoiles, et aussi des rêves pour que même quand la nuit descende sur l’horizon, la beauté de nos cœurs lui soit inaccessible.

    Mais que fait-on à se regarder en chien de faïence, les mots et moi ?

    Je suis fragile aujourd’hui, la tigresse a fait sauter la tour de verre.

    Tu as dit un mot de travers et c’est tout l’édifice qui a tremblé ; c’est pas de ta faute, mon amour, c’est moi qui ai fait des concessions à mes rêves, parce que le temps.

    Je suis en bataille je suis en pagaille et je ne sais plus quel combat vaut la peine, quel combat est le mien…

    Je suis un tournesol à plusieurs soleils, un arc en ciel qui ne sait s’il préfère la pluie ou le ciel bleu ; je suis à la dérive, dans un brouillard immense, qui recouvre la plaine de mon cœur.

    Il y a quelque chose de sauvage en moi qui hurle mais je ne peux déchiffrer ses paroles ; ce n’est pas encore la liberté, mais d’abord la rage d’avoir été enfermé.

     

    Il parait que l’océan se réveille sous les murmures du vent et il a fait éclater la falaise en milliers de grains de sable ; ça rugit sur le rivage.

     

    Maéli

    « Les mots A l'ineffable »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :